Jean-Pierre Serrier est né à Paris dans le quartier de Montparnasse, le 18 octobre 1934.

Jean-Pierre

En 1951 il rentre à l'école des arts appliqués de la ville de Paris.

Diplômé en 1955, il expose pour la première fois dans une galerie de Saint Paul de Vence.

En Algérie de 1956 à 1958 pour obligation militaire, il exécute de nombreux dessins sur le thème de la guerre.

 

En 1958, de retour à Paris il rencontre l'éditeur Pierre Seghers qui lui achète quelques-unes de ses oeuvres sur 1'Algérie, et lui commande 30 dessins pour illustrer ses poèmes (recueil publié en 1959).


En 1961, il se rend pour la première fois aux Etats Unis. Ses tableaux sont exposés avec ceux de Boudin et Kisling Galerie Norval, 57th rue à New-york. Des commandes de portraits le décide à prolonger son séjour.



La Fête

En mai 1962, les Beaux-Arts lui achètent une toile pour le compte de la Ville de Paris, le paysage animé.

En 1963, il se rend en Italie, d'où il revient fortement impressionné par les personnages de la "Commedia dell'arte". M. et Mme Garbisch-Chrysler l'encouragent dans cette voie, lui achètent plusieurs toiles et lui commandent leur portrait.




En 1965, il participe à une grande exposition de groupe à "the Frost ans Reed Gallery " à Londres. Il est remarqué par plusieurs marchands de tableaux.




Scène de Cirque

En 1967, il rencontre Roger. Ferrero de Genève, qui lui propose un contrat et le dirige dans une voie nouvelle. Son style se modifie, ses comédiens sont remplacés par des personnages plus stylisés et plus rigides. L'esprit surréaliste est maintenant au premier plan. Les personnages perdent leur identité en tant qu'individu pour devenir uniformes, interchangeables. Ses toiles deviennent plus sérieuses et plus obsédantes.


En 1968-1969, il expose à Genève dans la galerie de Roger Ferrero. Il reçoit les acclamations des critiques. L'article de Robert Terrier reflète l'enthousiasme du public :

Le plus inhabituel peintre français du moment... Il a cherché, il a trouvé, maintenant il charge ! ... A Paris il est la personne dont on parle dans les salons ...Pour certains (les critiques) - et nous en faisons partie - Serrier est simplement un peintre génial dans son inspiration et virtuose dans sa réalisation. Un visionnaire qui nous affranchie pour voir des images fantastiques. Pour les autres, (une minorité) Serrier va au-delà des limites en peignant des fresques terribles capables de donner des cauchemars aux âmes sensibles. Ils lui reprochent de nous faire plonger dans un univers Dantesque en maltraitant d'une façon sarcastique la marchandise humaine, et d'imaginer une société sombre et désespérée.

 

En 1970, il expose ses toiles à Bruxelles, Galerie "angle Aigu". Les articles dans la presse sont très élogieux.

En 1971 après une année d'un effort considérable, de sagesse et de persévérance, il acquiert la maîtrise, et peut présenter sa "première grande exposition " à Genève, qui le fait connaître dans le milieu des collectionneurs avisés.

Son travail le plus important est le triptyque de la genèse :

 

Arnold Kohler, critique d'art connu pour la qualité de son jugement le considère comme "L'inventeur d'une inquiétante humanité aux yeux clos, Serrier peint avec la minutie des primitifs et souvent leur candeur "


En 1972 et 1973, il expose "Aux Peintres Témoins De Leurs Temps", avec les principaux artistes contemporains.



En décembre 1972, il est représenté à une exposition sur l'art fantastique à Bâle en Suisse. Il est le seul français en compagnie de peintres de l'école de Vienne tels que Dr Fuch, Krejear, et Korab.

La même année il présente pour la première fois une toile au Salon d'Automne à Paris. Sélectionné par une délégation de l'Etat Polonais pour être exposé à Varsovie au  "Zachetta Palace ", il est exceptionnellement (pour une première exposition) et immédiatement nommé Sociétaire du Salon d'Automne. En 1973, il est invité à Varsovie pour une visite officielle et le vernissage de l'exposition. D'autres peintres français et notamment Gauguin, Utrillo, Cézanne et Buffet sont représentés.

A son retour, Kurt E. Schon de la Nouvelle Orléans, lui demande de participer à une grande exposition en tournée aux Etats Unis. Ses toiles sont publiées dans des magasines célèbres (Times, Newsweek etc.).The United States Banker " lui consacre sa couverture en 1975.

En 1976, il est élu membre du jury du Salon d'Automne à Paris.

En 1977 un livre est consacré à sa peinture : "Surealism and the absurb"

En 1979, il participe à une grande exposition de peintres européens à " the Kurt Schon,Ltd Gallery " à la Nouvelle Orléans.

En 1984, the Kurt Schon,Ltd Gallery  organise une grande exposition d'été consacrée à sa peinture.


En 1986 une rétrospective est organisée à New York.

 

 

Ce texte est disponible sous les termes de la Licence Creative Commons Paternité-Partage des Conditions Initiales à l'Identique 3.0 Unported (CC-BY-SA)